Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

Vient de paraître
0 sélectionnée(s) / 19 réponse(s)  

Munch : l'expression de la douleur / ALICE, Fabienne, Géo, Géo art, 2020

L'auteure présente l’oeuvre de Munch, peintre norvégien, dont les portraits, autoportraits et paysages sont marqués par la maladie, la mort, la souffrance et l’angoisse de la vie. Utilisant l’expressionnisme pour retranscrire ses émotions et se confronter à sa propre personnalité, l’artiste utilisait la symbolique des couleurs et introduisait dans ses toiles un langage codé ainsi que des motifs stylisés.

Une société sans mort / BLONDELOT, Xavier, Editions Champ social, 2020

Le traitement contemporain de la mort est examiné sous l’angle de la psychanalyse à travers l’étude de travaux d’historiens, de philosophes ou d’écrivains, de témoignages personnels, de discours et de pratiques. Une des questions centrales porte sur la façon dont les sujets, dans une époque marquée par l’érosion du vivre-ensemble, inventent une solution personnelle pour composer avec la perte.

Transversal / BOUYGUE, Jacques, l'Harmattan, Ecritures, 2020

L’auteur raconte sa reconstruction après la mort de Paula, sa compagne. Il témoigne de la douleur du deuil et de sa rencontre avec Chloé, avec qui il partage désormais sa vie. Ce roman fait suite à "Jardins : saisons".

Lettre ouverte au passant du cimetière / BRANTOME, Valérie, le Réalgar, 2020

Ce petit ouvrage donne une réflexion sur le temps qui passe, la mort et la mémoire, considérant le cimetière comme un refuge éloigné de la frénésie du monde.

Funèbre ! : tour du monde des rites qui mène vers l'autre monde / CAZES, Juliette, Editions du Trésor, 2020

Ce livre se présente sous la forme d'une invitation à découvrir la diversité des traditions funéraires dans le monde, des cercueils en cage d’Ecosse aux inhumations célestes du Tibet, en passant par les têtes momifiées de Nouvelle-Zélande et la fête des morts mexicaine.

La médecine de l'âme : Tusculanes, livre III / Cicéron, Rivages, Rivages-Poche, 2020

Dans ce livre III des Tusculanes, Cicéron, en deuil de sa fille, évoque en disciple des stoïciens la mort, la douleur, le chagrin, s’exhortant à surmonter sa peine par la réflexion et la maîtrise de soi.

Le terrain en philosophie, quelles méthodes pour quelle éthique ? / DEKEUWER, Catherine, Classiques Garnier, 2020

Ce numéro de la revue est consacré à la philosophie de terrain définie comme rapport entre réalité et pensée et comme spécificité de l’activité philosophique. Sont abordés la revendication contemporaine d’une philosophie impliquée, une philosophie de terrain en lien avec la pensée canguilhémienne des normes individuelles, l’accompagnement de la fin de vie ou encore la recherche en éthique clinique.

Tombeaux poétiques et artistiques : fortunes d'un genre / FROIDEFOND, Marik ; RUMEAU, Delphine, Presses universitaires de Rennes, Interferences, 2020

Apparu en France au XVIe siècle, le tombeau poétique est un recueil collectif destiné à assurer la gloire d’un défunt, en tant que genre musical puis littéraire. En le comparant avec des équivalents étrangers (élégie anglaise, stances espagnoles ou monument russe), les contributeurs étudient les spécificités du genre et interrogent le rapport de l’art au deuil, à la mémoire et à la transmission.

Qu'est-ce qu'une vie accomplie ? / GAUCHET, François, Odile Jacob, 2020

Cet ouvrage offre une analogie de la vie comme une oeuvre littéraire ou d’art, achevée quand on la juge accomplie. Se fondant sur le témoignage de personnes ayant le moyen de mourir volontairement, le philosophe questionne leur conception de la dignité, d’une vie digne d’être vécue et propose une réflexion sur la mort et l’exercice de la liberté.

Le frère de l'autre / HUESCA, Roland, Nouvelles éditions Place, Métempsycose, 2020

Ce roman est le récit poétique de trois face à face avec la mort, celle du père, de la mère et du frère.

Terminer en beauté / JENCQUEL, Jacqueline, Favre, 2020

Cette "interruption volontaire de vieillesse", c'est avant tout un témoignage touchant pour comprendre le choix et le combat de Jacqueline Jencquel afin d'avoir le droit de terminer sa vie dignement et d'en choisir les conditions. Mourir avant d'être déjà à moitié mort, c'est la vision que défend une femme qui a passionnément aimé la vie et la liberté.

L'empreinte du deuil : des mots de réconfort et d'encouragement / KEIRSE, Manu, Racine, 2020

Ce livre est une évocation sensible de la perte et des souffrances qu’elle engendre, destinée à soutenir les personnes endeuillées dans l’épreuve qu’elles traversent.

La déshumanisation / MAE, Valter Hugo, Denoël, Et d'ailleurs, 2020

A 11 ans, Halla perd sa soeur jumelle. Les cendres de la défunte sont ensevelies par ses parents qui annoncent à Halla qu’ils veulent planter un arbre à cet endroit. Mais la fillette, qui perd ainsi son alter ego et son miroir, est dévastée. Sa mère devient distante et froide et son père ne la comprend pas. Elle apprend seule à vivre avec cette absence.

Vies de la mort / MARS, L. L. de, 6 pieds sous terre, 2020

Ce recueil de strips, empreints d’humour, de mélancolie et de poésie, met en scène divers personnages incarnant la mort. Elle médite sur sa mission et sur le regard que les hommes portent sur elle.

Plutôt mourir / MULLER, Eva, Même pas mal éditions, 2020

Cette BD présente neuf récits humoristiques explorant avec ironie la présence de la mort dans la culture contemporaine, au travers du rapport obsessif qu’entretient l’auteure avec elle depuis son enfance.

Plus vivant que jamais ! Comment survivre à l'inacceptable ? : journal du 23 décembre 2005 au 29 mai 2019 / ROMERO-MICHEL, Jean-Luc, Michalon : Massot éditions, 2020

Sous forme d’un journal allant de 2005 à 2019, l’auteur retrace son histoire d’amour avec Christophe, son époux mort à la suite d’une prise mortelle de drogues de synthèse. Il raconte leur rencontre, leurs combats communs, les circonstances de sa disparition et son propre deuil, de même qu’il alerte les pouvoirs publics sur la circulation de ces substances.

Un peu profond ruisseau : la mort en littérature / ROUDAUT, Jean, Le Temps qu'il fait, 2020

De Stéphane Mallarmé, qui disait du Styx qu’il était un peu profond ruisseau, à Gérard de Nerval, l’auteur étudie la mort dans la littérature, que celle-ci soit naturelle, brutale, discrète ou détaillée.

Jamais maman ne serait morte sans me prévenir / RUDEL, Marie-Hélène, les Perséides, 2020

Marie Dorval travaille dans un établissement où vivent Suzanne, Tonton, Louise, tous âgés et plus ou moins touchées par la démence sénile ou d’autres maladies liées au vieillissement. Elle y croise également Marie-Paule, la fille d’une des résidentes qui vient quotidiennement donner un repas à sa mère. Roman autobiographique sur l’univers des maisons de retraite.

Paroles de ceux qui vont mourir / SUZUKI, Hideko, Lessius, Au singulier, 2020

Après avoir vécu une expérience au seuil de la mort, l’auteure, religieuse du Sacré Coeur de Jésus, consacre une partie de son temps à écouter les personnes sur le point de mourir et à les accompagner. Elle témoigne de ces rencontres, qui, au-delà de leur variété, expriment la possibilité d’accomplir son existence, dans cette période finale, à condition d’en accepter les lumières et les ténèbres.